« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter. »

Pédagogie scientifique tome 1 La maison des enfants Maria Montessori Desclée de Brouwer

 

« C’est pourquoi nous qui avons été ses disciples et qui l’avons bien connue devons-nous, à son exemple, nous adapter aux conditions de vie actuelle. Nous devons chercher à agir non pas comme elle agissait mais comme nous pensons qu’elle « agirait » aujourd’hui. »

Anne-Marie Gillet-Bernard dans la préface de Pédagogie scientifique tome 1 La maison des enfants

 

Comment faire le 1er jour, la 1ère semaine quand on veut démarrer la pédagogie Montessori en classe ?

Grandes questions qui en turlupinent plus d’un.

 

Voici donc ce que moi j’ai fait dans mes propres classes, quelque soit le niveau, année après année. Peut-être que cela pourra vous aider à trouver votre propre fonctionnement.

 

Dans un premier temps, je vide les armoires de la classe pour recenser le matériel présent, et ce n’est pas grave s’il n’y a pas assez pour faire un atelier car l’objectif c’est d’individualiser.

Je prépare alors mes plateaux de travail en y mettant ce que j’ai trouvé : oursons, chainons, maxicoloredo, picots de mosaïque, perles, pâte à modeler, attrimaths, … J’en crée aussi au besoin pour compléter.

Je les rassemble dans la classe au même endroit sans toutefois les mettre à portée des enfants.

 

Ce qui est primordial à mon sens, c’est d’installer son ambiance, les règles à respecter par les enfants et ce dès la rentrée. Comme ça, ils n’ont pas le temps de prendre de mauvaises habitudes qui sont difficiles à faire partir en plus par la suite.

Plus les enfants sont âgés, plus ils comprennent et appliquent vite, ce qui ne veut pas dire que c’est impossible avec des PS. Il faut juste savoir que cela sera un peu plus long à mettre en place avec les plus jeunes.

 

La rentrée

Le jour J, à l’accueil, je laisse les jeux de la classe disponibles mais à leur emplacement (rien sur les tables). Pas trop quand même pour ne pas en avoir partout. Les coins-jeux traditionnels (coin cuisine, coin chambre, coin garage, …) sont ouverts mais pas trop garnis. Des jeux de construction sont présents (légo, clippo, kapla, cubes …). La bibliothèque a aussi quelques livres facilement manipulables. Et c'est tout !!!!

Au fur et à mesure de leur arrivée, les enfants investissement l’espace classe comme bon leur semble, je m’occupe surtout de rassurer les parents (ce sont eux souvent les plus inquiets). Une fois, le dernier parent parti, j’allume mon poste d’où une petite musique retentit et j’explique à chaque enfant que c’est le signal pour ranger et aller s’asseoir sur les bancs.

 

Au coin regroupement, je me représente devant tous les enfants et leur explique de suite les règles du matériel que je vais leur présenter. Je parle doucement ce qui capte automatiquement leur attention car ils ont plus souvent l'habitude qu'on s'adresse à eux avec une voix qui porte. J'élabore une sorte de "cérémonial" qui les intrigue beaucoup comme si je leur confiais un secret. Ainsi, j'ai vraiment toute leur écoute.

Avec des MS-GS, je présente d’abord les puzzles (pas trop, genre 5-6). Des ultras ultras faciles pour ne pas les mettre en situation d’échec d’emblée et surtout pour leur donner envie de faire, puis je montre où les ranger. Ensuite, je passe au matériel de la classe que j’ai placé dans des plateaux de travail (j’en présente une dizaine mais ça va vite car souvent ils l’ont déjà manipuler ultérieurement) et je range devant eux. Je garde le meilleur pour la fin quand leur attention s’amenuise. En effet, je relance leur attention en théâtralisant au maximum, genre je présente un matériel extraordinaire. Mais, en fait pour eux ça l’est vraiment puisqu‘ils n’ont jamais eu l’occasion de manipuler du matériel de vie pratique : les versers de pichet à pichet, les pinces, les transvasement à la cuillère avec des grosses et petites graines. Surtout pas de sable, de semoule ou d'eau pour ce 1er jour !!!! Et enfin, je montre l’emplacement pour ranger.

Soit c’est l’heure de la récré ou soit ils peuvent manipuler d’emblée. Je les envoie alors 4 par 4 au hasard pour aller choisir une activité. S’il faut en envoyer que 3 par 3 ou 2 par 2, je le fais en fonction du comportement des enfants.

Avec des PS-MS, je ne présente qu’une dizaine de plateaux comprenant du matériel de la classe et de la vie pratique puis je range devant eux avant de les envoyer 2 par 2 chercher une activité.

 

Attention, j’insiste auprès des enfans sur les règles :

  • On choisit une activité qui est déjà rangé et on la fait tout seul.
  • Quand on a fini, on range.
  • On n’a pas le droit de prendre une activité qui n’est pas rangé à sa place.
  • On chuchote (oui, ça c’est pour ceux qui sont dans les coins jeux).

 

Pendant que les enfants sont en activité, je ne prends aucun groupe. Je tourne dans la classe pour m’assurer que les règles sont respectées. Dès qu’un enfant parle trop fort, je m’approche de lui en chuchotant. Je lui demande alors s’il se souvient qu’il faut chuchoter et je lui dis de me montrer s’il sait le faire. Evidemment qu’il sait ! Alors je lui demande de continuer. Si un enfant fait tomber quelque chose au sol, je ne dis rien. Je le regarde pour m'assurer qu'il n'est pas en danger et je retourne à mes occupations. De lui-même, il prend l'initaitive de ramasser et de nettoyer si besoin. Puis, il continue son activité.

Quand un enfant se sert mal d’un matériel présenté, je lui présente de façon individuelle comme le préconise Maria Montessori.  Sauf qu’il est difficile de le faire d’emblée dans une classe à hauts effectifs (j’ai déjà connu 29 MS-GS sans atsem). C’est plus facile de faire des présentations quand une ambiance de travail s’est installée.

Au début, c’est tout nouveau, donc les enfants respectent les règles. Mais il faut continuer à être vigilant pour que les habitudes puissent perdurer.

 

Pour signifier aux enfants que c’est l’heure de ranger, j’enclenche le signal sonore : la petite musique sur le poste. Je rappelle à certains sans crier ce que cela signifie et la classe finit par se ranger assez vite.

 

atelier-autonome12

 

La première semaine

Chaque jour, je présente au coin regroupement de nouvelles activités que je range devant eux : plateaux de travail autonome, puzzles, vie pratique ... J’adapte le nombre en fonction de l’âge des enfants.

J’insiste régulièrement sur les règles que je leur demande de me rappeler. Au fur et à mesure de la semaine, je me permets de faire un atelier avec un groupe en fonction de mes objectifs. Oui, au début, il y a quand mêmes tout un tas d’étiquettes et de couvertures de cahiers à préparer, donc des séances d’arts visuels à faire ... L’avantage avec des PS, c’est que l’atsem est présente et peut s’occuper d’un groupe en arts visuels.

Tous mes coins sont ouverts en permanence dans ma classe. Les enfants se régulent d'eux-mêmes dans l'espace classe. Ils peuvent choisir autant d'activité qu'ils veulent de sorte qu'en une journée ils ont travaillé bien plus que s'ils étaient passé seulement à un atelier dirigé.

Ma priorité est aussi de leur donner envie de venir en classe. Et pour cela, ils jouissent d'une libertée "controlée". Oui,ils peuvent faire ce qu'ils veulent du moment qu'ils respectent les règles annoncées.

J'en rajoute donc quelques une de nouvelles :

  • Je n'ai pas le droit de pousser, taper..., bref de faire mal !
  • Je partage les jeux de construction.

Pas trop car il faut qu'ils les assimilent toutes et surtout ils doivent les respecter. Sinon, ils s'installent à un endroit précis de la classe et ils réfléchissent à leur comportement tout en regardant comment font les autres camarades qui respectent les règles. Il y a ceux qui comprennent très vite et ceux pour lesquels c'est un peu plus long. Cependant, ils finissent tous par respecter le peu de règles de la classe pour pouvoir faire ce qu'ils veulent comme activité ! Il m'arrive, dès fois, devoir parler de façon plus autoritaire (sans toutefois crier) pour bien signifier ma désapprobation à un comportement inadéquat.

atelier-autonome13

 

La première période

Quelque soit la pédagogie utilisée dans sa classe, la première période est une période pour construire chez les enfants le « devenir élève ».

Il faut donc prendre son temps et ne pas avoir peur d’en perdre.

Car une fois que les élèves sont bien rentrés dans notre fonctionnement, il y a forcément un moment où il y a une accélération dans les apprentissages qui s’opèrent. Ceci intervient bien plus tard que la 1ère période, dès fois en 2e période ou en 3e période, tout dépend des enfants, des années.

 

Prendre son temps, ça concerne tous les domaines. Je n’hésite pas par exemple à ne pas donner de crayons et de feutres à mes MS-GS en période 1 pour laisser les habilités motrices se construire grâce aux exercices répétés de manipulation. Et en fin d’année, les GS écrivent en cursif (en attaché maitresse !), certains entre 2 lignes,  d’autres sur une feuille blanche. Quelques MS font parfois aussi leur premier pas dans l'écriture cursive et écrivent leur prénom et quelques mots ...

Une fois que l’ambiance s’installe au cours de cette 1ère période, on peut passer aux présentations individuelles, aux observations. Il y a des jours plus faciles que d’autres où on pourra en faire beaucoup, et d’autres jours où on sera obligé de rappeler les règles en permanence.  

Après la vie pratique, je présente le matériel de vie sensorielle en fonction du matériel disponible dans la classe. Oui, ça dépend forcément du budget qu'on a !!!! Etl est bien rare de débuter dans la pédagogie Montessori avec d'emblée tout le matériel, il faut donc s'adapter et faire des choix ... Il y a aussi les activités de langage à mener en parrallèle avec les cartes de nomenclature notamment.

 

Contrairement, à ce que certains enseignants peuvent penser, j'ai pu observer que les GS s'intéressent tout autant aux activités de vie pratique tout au long de l'année. Il ne faut donc pas les enlever (enfin c'est ce que je pense). Avant ou après une activité "coûteuse" cognitivenent, ça fait du bien de réaliser une activité "relaxante" ! Et il ne faut pas oublier que les activités de vie pratique, outre le fait d'exercer la motricité fine, sont aussi les premières activités qui exercent la concentration et l'attention.

 

Il faut garder à l'esprit qu'adopter la pédagogie Montessori, ce n'est pas seulement mettre les enfants en autonomie devant des plateaux de travail, c'est aussi adopter une attitude bienveillante qui permet aux enfants de progresser à leur rythme, de se tromper, de recommencer encore et encore une énième activité sans avoir à porter de jugement négatif ou positif.

Il est nécessaire aussi de parler (le plus) souvent d'une voix posée et douce pour leur montrer l'exemple car les cris entrainent les cris. Evidemment, il y a toujours des enfants pour lesquels parler doucement est plus difficile, mais il faut persévérer, ça finira par porter ses fruits. N'oublions jamais que nous leur donnons l'exemple ...

Il faut juste faire confiance aux élèves et aussi en ce qu’on fait (je sais que c’est un peu difficile au début surtout quand on débute) mais ne pas oublier que Rome ne s’est pas construite en un jour !!!!

 

atelier-autonome19

Bon voyage avec la pédagogie Montessori ...