Le livre vedette de la semaine :

510A3Y1mtvL

 

 

Les activités prévues autour  :

Regroupement 1 (de 8h45 à 9h00) :

Lundi : T’choupi a du coton dans les oreilles, l’enseignant lui demande ce qu’il a inventé. Il répond que les enfants ont fait trop de bruits en criant ou en parlant trop fort dans la classe et que depuis il a mal aux oreilles et que sa maman lui a mis du coton.

L’enseignant propose aux enfants de ne pas trop faire de bruit pour respecter T’choupi.

Il propose aussi la lecture d’un livre qui évoque différents bruits : Le petit chasseur de bruit.

Mardi : T’choupi a encore du coton dans les oreilles. L’enseignant lui dit qu’il a raison car il va leur faire écouter des bruits qui peuvent faire mal aux oreilles. Il s’agit d’un CD de bruits à reconnaître.

Pour   aider les élèves, l’enseignant montre les images dans le livre Mon imagier sonore. Les élèves doivent indiquer à quel objet le bruit qu’ils entendent correspond. L’enseignant augmente momentanément le volume pour que chacun ressente l’effet du bruit assourdissant.

Lecture du livre de la semaine.

Jeudi : T’choupi n’a plus de coton dans les oreilles et il dit qu’il sait que les enfants ne vont pas crier aujourd’hui. Ils savent maintenant que le bruit peut faire mal. L’enseignant demande aux élèves s’ils sont d’accord avec T’choupi. Il leur propose d’écouter de nouveau les bruits.

Lecture du livre de la semaine.

Vendredi : T’choupi a peur que l’enseignant remette les bruits, il ne veut pas. L’enseignant demande aux élèves s’ils ont envie de faire du bruit, il propose que ceux qui ont envie de crier aillent le faire dehors. La classe sort et les élèves sont invités à crier très fort. L’enseignant explique que le bruit s’en va loin quand on est dehors, alors qu’en classe, il reste dans les oreilles. Il indique donc qu’à chaque fois  qu’un élève aura envie de crier, il pourra le faire mais dehors. C’est une règle pour vivre ensemble et pour devenir élève.

 

En fin de semaine, l'enseignant apprend aux élèves à faire le grand silence, moment de repos mais aussi d'écoute des bruits de l'école permettant à chacun de se recentrer. Il s'agit de faire tourner ses mains parties du bas du corps tournant autour du visage pour venir se poser l'une sur l'autre sur la bouche dans un délicat mouvement de douceur et de calme. Les élèves restent quelques secondes ainsi puis reprennent leur attitude normale. Mais ce petit moment de respiration constitue un bel instant collectif.

 

Le coin jeu vedette de la semaine :

Je joue pour apprendre les règles de vie : travail autour du coin « puzzle » (inspiré d'école petite section)

Regroupement 2 (de 10h00 à 10h15) :

Lundi : (phase découverte) : Au retour de la récréation, l'enseignant remarque que le coin puzzle est tout dérangé, il interroge: «  Qui est-ce qui a joué avec les puzzles et les encastrements ? » T'choupi dit d'une tout petite voix que c'est lui. L'enseignant lui demande s'il a terminé. Il répond que non mais qu'il n'y arrive pas et que ça l'énerve, qu'il ne veut pas les finir.

« Mais pourquoi T'choupi n'y arrive pas ? » Selon les réponses des élèves, T'choupi dit que c'est trop difficile et qu'il y en a trop. L'enseignant propose que les élèves trient avec lui les puzzles, tous ceux qui ne pourront être refaits par les élèves seront mis dans un autre endroit de la classe.
 
Mardi : (phase utilisation réglementée) : T'choupi a encore dérangé tous les puzzles triés et notamment ceux que les élèves n'avaient pas réussi à faire. L'enseignant se fâche un peu et demande à T'choupi s'il a bien compris que ces puzzles devront être faits avec l'aide d'un adulte. T'choupi dit qu'il avait envie de les faire parce qu'ils sont difficiles mais qu'il n'y arrive toujours pas. L'enseignant demande aux enfants du groupe qui a trié avec lui d'expliquer à T'choupi quels puzzles il peut prendre et comment il doit faire s'il ne réussit pas à les finir, l'enseignant propose une affiche qui rappelle qu'il faut demander de l'aide.
 
Jeudi : (phase apprentissage du rangement) : T'choupi a les mains croisées et est tout fier, il a réussi un puzzle pendant que les enfants étaient en récréation, il l'a remis à sa place. L'enseignant lui demande d'expliquer tout ce qu'il a fait. L'enseignant demande aux élèves de dire s'ils savent eux aussi comment faire pour utiliser les puzzles. Un volontaire explique devant le groupe. L'enseignant le fait insister sur l'obligation de ranger les puzzles finis.
 
Vendredi : (phase stimulation du jeu) : L'enseignant propose à T'choupi et aux élèves de prendre un tas de puzzles triés (réalisables seuls) et de tout mélanger comme T'choupi avait fait Lundi et de s'amuser à les faire. Il appelle des élèves pour aider T'choupi. Les puzzles sont refaits et rangés, l'enseignant félicite tous les élèves et T'choupi.

 

Autres activités de la semaine

PS

Tampon

Activité de découverte

PS-MS

Pâte à modeler

Réaliser un serpent (colombin) et y mettre 2 yeux mobiles

Peinture

Réaliser un fond avec de la peinture rouge appliquée à l’aide d’une carte téléphonique

Réaliser un fond avec  de la peinture jaune acrylique mélangée à du sable et appliquée au couteau (de pique-nique en plastique)

MS

Geste d’écriture

Gestion de l’espace graphique : disposer des plots dans une rangée de trous sur un jeu, disposer des objets comme les plots du jeu

Déplacement du bras : pousser des objets

Gestion de l’espace graphique : coller des gommettes sur une ligne d’une grille, aligner régulièrement des objets comme sur la grille

Position de la main et des doigts (peinture au doigt) : faire glisser son poignet sur la table (recouverte d’une bande de feutrine) pour faire un trait descendant sur la feuille

Gestion de l’espace graphique : empreintes alignées de peinture avec des éponges sur feuille longue (petit train)

Position de la main et des doigts (peinture au doigt): « faire la pluie qui tombe du nuage d’Archibald »

Gestion de l’espace graphique : empreintes alignées de tampons sur feuille A4 (plusieurs lignes)

Position de la main et des doigts (peinture au doigt) : faire un trait descendant sur la feuille

Logique

Faire un rythme de 2 ou 3 couleurs avec les pinces à linge